+33 (0)1 40 27 86 00
Lundi au Samedi 10h30-19h00

Le kilim

Qu'est-ce qu'un kilim ?

Kilim" est un mot Turc désignant la technique du tissage à plat (ou tapisserie). Cette technique de fabrication de tapis est différente de celle à points noués (aspect velours), le rendu est plus souple et léger.
Tout aussi résistants que les tapis à points noués, les Kilims sont des tapis à part entière, faits pour être mis par terre, et pas seulement sur les murs.

Kilim

ou tissage en tapisserie


C'est l'un des modes de tissage le plus simple, le plus répandu et le plus ancien. Cette technique est à base de fils de chaînes (fils verticaux, disposés sur toute la longueur du kilim) et fils de trames colorés ( fils horizontaux, en passant dessus et dessous des trames forment les motifs).

Cicim et Zili

ou brochage à trame flottante


Cette technique consiste à insérer les fils décoratifs sur un fond uni, au fur et à mesure du tissage du kilim.

Soumak

ou brochage à enroulement de trame


 Consiste à enrouler les fils de trames décoratifs directement sur les fils de chaines


Tapis noué avec la technique de double noeud (noeud turc). 


Tapis noué avec la technique de simple noeud (noeud  persan).

et la technique du tapis aux points noués:

Cette technique consiste à nouer des brins de laine teinte sur des fils de chaîne formant ainsi des rangées de noeuds horizontales.Un ou plusieurs passages de fil de trame entre chaque rangée de noeuds permet de donner au tissage sa solidité.Les extrémités des brins de laine forment le velours du tapis et dessinent le motif.Dans les tapis noués les fils de trame n'apparaissent que sur l'envers alors que dans les kilims ce sont eux qui forment le motif.Les deux types de noeuds employés sont le noeud turc (ghiordés) qui est symétrique et le noeud persan (senneh) qui est asymétrique (ouvert à droite ou à gauche).

 

 

A propos des couleurs

Les kilims d'Anatolie (région turque) sont réputés pour la beauté et la diversité de leurs couleurs.
Les couleurs sont d'origine végétale, minérale ou même animale (cochenille).
Elles étaient fabriquées artisanalement par décoction, macération, et autres procédés...
Les laines étaient teintées dans des chaudrons, ce qui fait toutes leur richesse de nuances (et que l'on tente d'imiter aujourd'hui en industrie).
Les plantes servant à la fabrication des couleurs étaient ramassées par les nomades souvent lors des déplacements, c'est ainsi que certaines couleurs sont devenues extrêmement rares, la plante d'origine ayant disparue.

Quelques couleurs chimiques ont fait leur apparition il y a environ 30/40 ans, mais ont été utilisées assez peu, elle se repèrent facilement par leur "brillance" et leur aspect inaltéré par le temps. Ce sont souvent des bleus vifs, rouges ou roses vifs qui cassent l'harmonie d'un kilim vieillissant.

Il faut distinguer les kilims contemporains dont les couleurs d'origine végétale sont faites en industrie - d'excellente qualité quand à la résistance aux lavages et à la lumière - mais dont la beauté n'égale pas celle des kilims fabriqués par les nomades ousemi-nomades.

A propos des motifs

Chaque motif est issu d'un symbole qui se décline sous de nombreuses formes (voir la rubrique "histoire & techniques" du site).
Figures abstraites et géométriques pour les musulmans sunnites, ou animaux stylisés pour les musulmans chiites, ces symboles d'origine nomade sont l'expression de croyances et superstitions.
Les motifs changent selon les tribus et les villages ce qui permet de situer géographiquement l'origine du kilim, ou de reconnaître l'ethnie l'ayant fabriqué.
Leur composition est l'œuvre de chaque tisserande qui s'inspire des traditions de son village ou de sa famille.